Archives par étiquette : Musée des instruments de musique

Restauration d'un carton de tapisserie de la Renaissance, musée de la Ville de Bruxelles, mars 2016

Trois autres musées à Bruxelles

Après un premier article consacré au Musée du Cinquantenaire, voici le deuxième article consacré à ma visite de Bruxelles en mars 2016. J’y présente un aperçu rapide de trois institutions : le musée de la Ville de Bruxelles, le musée des instruments de musique et BOZAR.

Le musée de la Ville de Bruxelles

Situé sur la très touristique Grand-Place, le musée de la Ville de Bruxelles présente des collections beaux-arts éclectiques, datant du Moyen-Âge à l’époque contemporaine. Le bâtiment est intéressant, c’est une sorte de château/manoir sur trois étages. Côté pratiques des publics et équipements numériques, la photographie est autorisée sans flash, un audioguide classique par saisie d’une suite de chiffres est proposé (je ne l’ai pas pris) mais il n’y a pas de réseau wifi.

Côté médiation, la gestion des langues est astucieuse : les cartels et textes de salles sont proposés en français et en néerlandais, mais des fiches de salles en anglais et en allemand sont aussi disponibles. Des dispositifs interactifs et ludiques permettent l’appropriation, à travers la découverte de l’histoire de Bruxelles et de la Belgique. Choix intéressant dans les sections traitant de l’urbanisme et de la ville : plusieurs pièces sont considérées comme des documents avant d’être des œuvres d’art. Leurs cartels indiquent d’abord ce qu’elles représentent dans le contexte de l’époque et/ou dans le propos de la salle, avant d’indiquer, dans une police de caractères plus petite, l’artiste, le titre et les informations techniques.

Le dernier étage est quasiment exclusivement consacrée à la restauration d’un carton de tapisserie de la Renaissance (XVI°s). On peut observer en direct le travail des restauratrices, à travers une paroi vitrée et même entrer dans l’atelier, en petits groupes. Plusieurs dispositifs à manipuler permettent d’explorer l’univers de ce carton, son rôle dans la réalisation d’une tapisserie, etc. Ces installations sont ludiques et engageantes pour les visiteur.se.s, à travers des outils simples mais efficaces, à l’image du puzzle aimanté illustré ci-dessus.

Le musée des instruments de musique (mim)

Le musée des instruments de musique se visite avec un audioguide inclus dans le prix d’entrée, bien fait, simple à utiliser, qui fonctionne par saisie d’une suite de chiffre, généralement indiquée au sol devant les vitrines. En revanche, aucun autre dispositif numérique une fois entré dans le parcours, qui propose des dispositifs scripto-visuels classiques : panneaux associant textes, photos et parfois schéma. Comme je suis arrivé moins d’une heure avant la fermeture du musée, on m’a suggéré de commencer par le 4ème étage pour suivre la fermeture progressive des salles. J’ai livetweeté ma visite et le compte du musée a aimé quelques-uns de mes tweets.

À lire aussi, l’article de Culturez-vous : Visite musicale dans le MIM, le Musée des Instruments de Musique, à Bruxelles

BOZAR

Gigantesque bâtiment, avec un dédale de salles et un grand auditorium, BOZAR est une sorte de mélange entre le Palais de Tokyo et le Grand Palais parisiens. Lors de ma visite, on pouvait y voir des expositions sur un prix de design industriel, le peintre Rembrandt, le designer Van Doesburg et le plasticien Daniel Buren.

À l’entrée, les visiteur.se.s sont invité.e.s à faire part de leur visite sur les réseaux socionumériques, notamment en utilisant le wifi qui leur est proposé. Malheureusement, la photographie est interdite, même sans flash, dans les expositions. Malgré de nombreuses mentions et l’usage du hashtag suggéré, je n’ai eu aucune interaction avec le compte Twitter de BOZAR.

Dans le prochain, j’évoquerai le Muséum d’Histoire naturel. Dans le dernier article de la série consacrée aux musées de Bruxelles, je reviendrai sur les dispositifs hors les murs du Musée royal de l’Afrique centrale, actuellement en travaux.